Tous les articles par Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

L’oriental marocain: de la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (2)

Bou Beker: un modèle d’exploitation coloniale

Roman colonial publé tardivement en 1996, La dame au grand chapeau de Florence Trystram est, comme l’indique son titre secondaire, « l’histoire vraie de Domenica Walter-Guillaume ». Ainsi, la mention « histoire vraie » inscrit, d’emblée, ce roman dans le répertoire des écrits à vocation réaliste. Il se présente, de ce fait, comme le « reflet » du vécu de l’auteur. Florence Trystram, native et ancienne habitante de Bou Beker, se présente comme le témoin oculaire des événements qu’a connus cette région du Maroc oriental. Continuer la lecture de L’oriental marocain: de la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (2)

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

Le récit de voyage: un genre problématique

Le récit de voyage : un genre problématique


Autant le récit de voyage puise dans les ressources de l’écriture, notamment romanesque, autant il se distingue du roman par le fait qu’il se présente a priori comme le récit d’une aventure ayant ou supposée avoir eu lieu sur un espace géographique étranger.  Continuer la lecture de Le récit de voyage: un genre problématique 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

De Marrakech de Celarié à Marrakch d’Ollier

Capitale impériale et ville touristique, par excellence, Marrakech, la ville rouge, occupe une place de choix dans l’imaginaire européen et surtout français[1]. Elle a inspiré plusieurs écrivains et artistes qui lui ont dédié tantôt un récit de voyage, tantôt un roman ou un tableau. Notre propos portera sur la manière dont cette ville a ainsi été « représentée », à deux époques de l’histoire du Maroc, par deux voyageurs-écrivains relevant respectivement de deux courants littéraires différents : Henriette Celarié dans La vie mystérieuse des harems, publié en 1927 et Claude Ollier, dans le sillage du Nouveau Roman, avec son livre publié en 1979 : Marrakch Médine. Continuer la lecture de De Marrakech de Celarié à Marrakch d’Ollier

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

La voix de l’Autre ou la mise en récit d’une « autorité polyphonique »

La parole de l’Autre[2] intervient dans des séquences dialoguées. Les séquences dialoguées occupent, dans le récit de voyage une place essentielle, et ce, par leur fréquence et aussi par le rôle qu’elles jouent, en interaction avec les autres composantes du récit, dans la production du sens et d’effets multiples sur le lecteur, dont l’effet de parole, par opposition à l’ « effet de texte », produit par la narration. En nous inspirant du dialogisme de Bakhtine[3] et de la polyphonie de Ducrôt, nous étudierons, dans ce qui suit, comment la voix de l’Autre est mise en récit ainsi que les différents rapports (de distance et de proximité) existant entre la parole du narrateur-locuteur et celle du personnage. Cela nous amène à considérer la parole supposée émise par l’étranger non comme une désignation directe du monde, mais comme l’écho d’une opinion toute faite sur celui à qui la parole est déléguée.

 Continuer la lecture de La voix de l’Autre ou la mise en récit d’une « autorité polyphonique » 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website