Categories
Littérature de voyage

L’Oriental marocain: de la « cité de la peur » à un ‘modèle’ d’exploitation coloniale

À l’instar de toute cette partie du Maroc appelée par Moulieras (1899) « Le Maroc inconnu », Oujda reste inconnue dans la conscience française jusqu’à la fin du XIXème siècle. Elle passe, selon Canal, « pour une cité mystérieuse, cachée à l’ombre de sa forêt d’oliviers et accessible seulement aux sujets de sa majesté chérifienne[1] ». Ali Bey Elabbassi, déjà en 1814, rapporte la situation de la ville en insistant sur le caractère belliqueux des habitants: ils sont tous armés et prêts à combattre (cf. Elabbassi, Ali Bey, 1814 326). Peut-être, l’insécurité qui régnait dans cette cité (qualifiée autrement de ‘la cité de la peur’ (Voinot, Cne L., 1912 : 16) ou de ‘Bled el Barud’ (Le territoire de la révolte)) (Lara, J.F. de, 1913: 106) devait-elle dissuader les voyageurs étrangers de s’y rendre et à fortiori de s’y installer. 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc)

More Posts - Website

Categories
Littérature de voyage

La fondation des Bourses de Zellidja: un appel à l’aventure

Ayant atteint l’âge de cinquante ans, Jean Walter conserve toujours un souvenir nostalgique de sa jeunesse, de l’époque où il travaillait dur, pendant toute l’année, pour réussir dans ses études ; et où il consacrait ses vacances à parcourir l’Europe à vélo. Ayant conscience de l’importance de cette expérience dans la formation de l’esprit, Jean Walter tenait absolument à en faire profiter une jeunesse française « qu’il considérait comme quelque peu déliquescente » et qu’il souhaitait revigorer. Pour cela, il présente son expérience, pour ne pas dire il se présente lui-même, comme un modèle à suivre en fondant les Bourses de Zellidja[1]. Cette exemplarité qu’il voulait faire de sa personne et de « sa propre vie » devait s’appuyer sur les revenus de la mine dont une part, si minime fût-elle, était destinée à donner aux jeunes français (lycéens et étudiants) la possibilité de voyager et d’acquérir ainsi ce que les établissements scolaires et même les grandes écoles ou les facultés ne pourraient pas leur apprendre. Le projet fut appuyé, avec ferveur, par le Ministère de l’Éducation nationale et les premiers bénéficiaires en furent les élèves du collège de Montbéliard et du lycée de Besançon où Jean Walter avait fait ses études. 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc)

More Posts - Website

Categories
Littérature de voyage

L’Amérique, Bou Beker et la Métropole: Des espaces communicants

Jean Walter était convaincu que le salut ne pouvait venir que des Américains. Il devait se déplacer en Amérique pour acquérir la compétence (le /pouvoir-faire/, à savoir les « capitaux », et le /savoir-faire/) lui permettant d’atteindre son objectif : « retirer le cœur de la mine » et en faire profiter un autre espace : la Métropole. De ce point de vue, La dame au grand chapeau met en scène trois types d’espace : un espace paratopique, un espace topique et un espace utopique, selon la terminologie de la sémiotique.

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc)

More Posts - Website

Categories
Littérature de voyage

Le récit de voyage: un genre problématique

Autant le récit de voyage puise dans les ressources de l’écriture, notamment, romanesque, autant il se distingue du roman par le fait qu’il se présente a priori comme le récit d’une aventure ayant ou supposée avoir eu lieu sur un espace géographique étranger. Notons que le voyage qui suscite l’intérêt du comparatiste est moins le voyage tel qu’il s’est déroulé « réellement » dans le monde empirique que le voyage tel qu’il est retranscrit, mis en texte, c’est-à-dire le texte viatique. Celui-ci, n’ayant pas de forme fixe, se manifeste sous plusieurs formes et échappe à toute définition bien qu’on le définît par ce qu’il n’est pas, comme en témoigne l’essai de définition de Percy G. Adams[1]

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc)

More Posts - Website

Categories
Littérature de voyage

La voix de l’Autre ou la mise en récit d’une « autorité polyphonique »

Le roman colonial se définit en rupture avec l’exotisme de Loti, jugé « factice » et « psychologisant ». Tous les théoriciens du roman colonial en conviennent, tous reprochent à l’auteur d’Aziyadé de ne parler que de sa subjectivité, de son Moi. C’est ce que Loti ne nie pas, lui qui, en 1890 devant l’Académie française, déclare ceci : « Je n’ai jamais composé un livre, moi je n’ai jamais écrit que quand j’avais l’esprit hanté d’une chose, le cœur serré d’une souffrance, – et il y a beaucoup de moi dans un livre » [1]. Pierre Loti refuse, par principe, de décrire la réalité (coloniale) non qu’il soit anticolonialiste, mais qu’il considère que l’objet de l’art est moins ce qui est (le réel) que ce qui doit être (un monde au-delà du monde). De plus, les écrivains idéalistes dont Loti croient que le monde n’est pas connaissable.

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc)

More Posts - Website

Categories
Littérature de voyage

La langue de l’autre : une clef de lecture de l’autre culture

Les hommes ont toujours été fascinés par l’ailleurs. Chaque communauté a ses dieux mais aussi ses Ulysse. Au fil des siècles, et avec le développement des moyens de transport (terrestres, maritimes et, beaucoup plus tard, aériens), l’humanité a vu naitre plusieurs générations de voyageurs, devenus narrateurs de leurs expériences viatiques. Toute une bibliothèque des voyages (Journaux de voyage, carnets de route, rapports de mission, etc.) s’est constituée peu à peu. Ce fonds documentaire, qui représente un patrimoine universel, interpelle les chercheurs et les invite à se pencher sur cette « branche » des relations internationales.

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc)

More Posts - Website

Categories
Littérature de voyage

Le roman colonial. Ruptures fondatrices

«Platon peut bannir le poète des vieilles républiques métropolitaines; il est indispensable aux jeunes colonies. », Marius et Ary Leblond.

Terme philosophique bien établi, « idéalisme » est aussi un concept littéraire quoique souvent oublié. Ce concept a en effet pratiquement disparu des principaux dictionnaires de terminologie littéraire. Pourtant, il « était important dans la compréhension de l’art et de la littérature » et « son emprise était forte sur les écrivains, les artistes, les critiques et le public du XIXe siècle » (Moi, Toril, 2007 : 915). Si « idéalisme » et « réalisme » s’opposent, il n’en reste pas moins que l’un se définit relativement à l’autre. D’ailleurs comme le rappelle Toril Moi, George Sand, qui passait pour le chef de file de l’école idéaliste en littérature, ne venait à se définir elle-même et à réfléchir sur son art personnel qu’au moment où une nouvelle conception de l’art, portée par une nouvelle génération d’artistes, dont Gustave Flaubert était un des représentants, s’imposait à elle. De même, dans le champ de la littérature exotique, le roman colonial (réaliste) se comprend mal sans le roman exotique (idéaliste) de Pierre Loti. Sans doute les théoriciens du « colonialisme littéraire » (Pierre Mille, Roland Lebel, Eugène de Pujarniscle et Marius-Ary Leblond) définissent-ils le roman colonial en rupture avec le roman exotique. Le titre de l’essai publié, par Marius-Ary Leblond en 1926, est à cet égard fort significatif: Après l’exotisme le Loti, le roman colonial[1].

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc)

More Posts - Website

Categories
Littérature de voyage

La femme orientale dans La vie mystérieuse des harems : une éternelle recluse ?

Le récit de voyage de Henriette Celarié, consacré aux harems de Marrakech est subdivisé en dix chapitres simulant les différents déplacements de la voyageuse-écrivaine dans cette ville et ses alentours. Dès l’incipit, Henriette Celarié développe une vue panoramique de Marrakech lui permettant de segmenter la ville en deux espaces différents (« ici » et « ailleurs ») et constate que cette ville a connu des changements par rapport à ce qu’elle était trois ans auparavant

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès (Maroc)

More Posts - Website