Le Maroc, au cours de son histoire et, aussi, étant donné sa position géographie, a stimulé la curiosité de nombreux voyageurs de statuts divers (ambassadeurs, consuls, officiers, soldats, explorateurs, commerçants, fonctionnaires, hommes de lettres, artistes, etc.). Ce Maroc, au singulier, s’est vu alors et se voit encore toujours soumis à un regard pluriel, selon le Contexte dans lequel le voyage a (eu) lieu et selon les mobiles qui ont motivé ou motivent le déplacement.

Le Maroc est entré dans l’imaginaire littéraire français depuis le XVIème siècle, à partir des récits d’ambassade, des récits de captivité ou de rédemption. Très tôt, ces récits de voyage ont incorporé à la Bibliothèque des voyages un grand stock de thèmes, d’images et d’idées. Les relations de captivités, inaugurées par le Sieur Germain Moriette, vont inspirer plusieurs écrivains-voyageurs à rivaliser de récits d’aventures sous forme romancée. L’exemple le plus patent est L’heureux esclave de Lamartinière, une relation de captivité fondée sur un voyage fictif autour de la Méditerranée.

Vers la fin du XVIIème siècle, apparut déjà le premier roman à notre connaissance qui met en scène le Maroc : La Princesse de Fès de Préhac (1681). Ensuite, le succès des relations épistolaires et des pamphlets contribue à la publication du second roman français représentant le Maroc. Il s’agit d’un roman de onze lettres publié à Cologne, d’un auteur anonyme le Comte D****, Relation historique de l’Amour de l’Empereur du Maroc pour Madame la Princesse Douairière de Conty. Ce roman, qui est censé relater les faits véridiques de la demande de la main de la fille de Louis XIV par le Sultan My Ismael[1], fait en quelque sorte une satire sociale de la Cour de Louis XIV, à l’instar de La Princesse de Clèves de Mme de Lafayette.

À la fin du Siècle Classique, le Maroc a inspiré au moins deux romanciers français. Si au XVIIIème siècle, c’est le drame Empsaël et Zoraïde ou les Blancs esclaves des Noirs au Maroc, livre posthume de Bernardin de St Pierre, publié par Maurice Souriau en 1905 à Caen, qui va s’inspirer du Maroc, on souligne qu’au XIXème siècle, deux romans au moins vont être consacrés au Maroc. Il est question du roman Thécla (1844) de Charles Didier, dont les événements se passent à Tétouan, encore ville des consuls européens. Thécla, fille du consul suédois, est victime d’un rapt ordonné par Sir Herwart, Consul britannique, qui la séquestre dans sa villa. En 1858, le même écrivain-écrivain publie Le Chevalier Robert, roman dont les péripéties se passent à Tanger. Fondée sur le thème du secret, la trame se noue à partir des aveux du Chevalier Robert, un grand révolutionnaire recherché par la Russie qui va se cacher à Tanger où il fait la connaissance d’Aglaés, la fille d’un renégat français (un vieillard qui détenait un harem déguisé en Algérie et vivait à la casbah de Tanger). Il semble que ces deux romans d’aventure ont mis en place un certain nombre de motifs (rapt, séquestration, etc.) qui seront repris par les romanciers coloniaux dont Jérôme Moralès dans Santana. Toutefois, c’est durant la période du protectorat qu’on situe l’âge d’or du roman marocain.

Dans une recherche effectuée en 1996, dans le cadre de l’AUPELF, Boussif Ouasti a dénombré plus de 200 romanciers français, hommes et femmes qui ont mis en roman le Maroc. Depuis l’indépendance, le Maroc continue encore toujours d’inspirer bon nombre de voyageurs-romanciers, français, européens et américains. Malgré l’importance de la production romanesque représentant le Maroc, ce genre reste méconnu.

[1] Cf. Y. NEKROUF, Moulay Ismael et Louis XIV, une amitié orageuse, Paris : Albin Michel, 1987

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz. Université Sidi Mohamed ben Abdellah de Fès (Maroc).

More Posts - Website