De Marrakech de Celarié à Marrakch d’Ollier

Capitale impériale et ville touristique, par excellence, Marrakech, la ville rouge, occupe une place de choix dans l’imaginaire européen et surtout français[1]. Elle a inspiré plusieurs écrivains et artistes qui lui ont dédié tantôt un récit de voyage, tantôt un roman ou un tableau. Notre propos portera sur la manière dont cette ville a ainsi été « représentée », à deux époques de l’histoire du Maroc, par deux voyageurs-écrivains relevant respectivement de deux courants littéraires différents : Henriette Celarié dans La vie mystérieuse des harems, publié en 1927 et Claude Ollier, dans le sillage du Nouveau Roman, avec son livre publié en 1979 : Marrakch Médine.

[1] Boussif Ouasti souligne le fait que Marrakech a été notamment célébrée, à l’époque coloniale, par les frères Jean et Jérôme Tharaud et par André Chevrillon (Marrakech dans les palmes, ouvrage illustré de dessins). Marrakech ou les seigneurs de l’Atlas constitue un volet de la trilogie des écrivains Tharaud sur le Maroc. Plus récemment, deux décennies après l’indépendance, Claude Ollier lui a consacré un roman : Marrakch Médine deux décennies après l’indépendance. », Cf. Boussif Ouasti, Profils du Maroc. Voyage, images et paysages, Tanger : Altopress, 2001, p. 250.

Voir: Marrak(e)ch : Entre affirmation et rejet de l’ethnocentrisme


Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website