En passant

L’Oriental marocain: De la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (1)

L’Oriental marocain : De la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (1)

A l’instar de toute cette partie du Maroc appelée par Moulieras « Le Maroc inconnu »[1], Oujda demeure également inconnue dans la conscience française jusqu’à la fin du XIXème siècle. En effet, elle passe, selon Canal, « pour une cité mystérieuse, cachée à l’ombre de sa forêt d’oliviers et accessible seulement aux sujets de sa majesté chérifienne[2] ». Ali Bey Elabbassi, déjà en 1814, rapporte la situation de la ville en insistant sur l’aspect belliqueux des habitants: ils sont tous armés et prêts à combattre[3]. Dès lors on comprend que ce caractère mystérieux d’Oujda tient surtout à l’insécurité qui y régnait ; cela dissuadait, par conséquent, les voyageurs étrangers de s’y rendre et à fortiori de s’y installer. Par ailleurs, Canal compare Oujda avant le traité de Lalla Marnia (mars 1845), à la ville telle qu’elle apparaît après la conclusion de ce traité en ces termes :

Continuer la lecture de L’Oriental marocain: De la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (1)

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website