L’oriental marocain: de la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (2)

Bou Beker: un modèle d’exploitation coloniale

Roman colonial publé tardivement en 1996, La dame au grand chapeau de Florence Trystram est, comme l’indique son titre secondaire, « l’histoire vraie de Domenica Walter-Guillaume ». Ainsi, la mention « histoire vraie » inscrit, d’emblée, ce roman dans le répertoire des écrits à vocation réaliste. Il se présente, de ce fait, comme le « reflet » du vécu de l’auteur. Florence Trystram, native et ancienne habitante de Bou Beker, se présente comme le témoin oculaire des événements qu’a connus cette région du Maroc oriental. Continuer la lecture de L’oriental marocain: de la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (2)

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

Le récit de voyage: un genre problématique

Le récit de voyage : un genre problématique


Autant le récit de voyage puise dans les ressources de l’écriture, notamment romanesque, autant il se distingue du roman par le fait qu’il se présente a priori comme le récit d’une aventure ayant ou supposée avoir eu lieu sur un espace géographique étranger.  Continuer la lecture de Le récit de voyage: un genre problématique 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

La voix de l’Autre ou la mise en récit d’une « autorité polyphonique »

La parole de l’Autre[2] intervient dans des séquences dialoguées. Les séquences dialoguées occupent, dans le récit de voyage une place essentielle, et ce, par leur fréquence et aussi par le rôle qu’elles jouent, en interaction avec les autres composantes du récit, dans la production du sens et d’effets multiples sur le lecteur, dont l’effet de parole, par opposition à l’ « effet de texte », produit par la narration. En nous inspirant du dialogisme de Bakhtine[3] et de la polyphonie de Ducrôt, nous étudierons, dans ce qui suit, comment la voix de l’Autre est mise en récit ainsi que les différents rapports (de distance et de proximité) existant entre la parole du narrateur-locuteur et celle du personnage. Cela nous amène à considérer la parole supposée émise par l’étranger non comme une désignation directe du monde, mais comme l’écho d’une opinion toute faite sur celui à qui la parole est déléguée.

 Continuer la lecture de La voix de l’Autre ou la mise en récit d’une « autorité polyphonique » 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

L’autre langue: une méthode de lecture de l’Ailleurs

L’apprentissage de l’autre langue comme méthode de lecture de l’espace étranger

Dans un entretien qu’il accorde à Mireille Calle-Gruber, Ollier souligne l’inadéquation entre la langue natale du voyageur-écrivain et l’Ailleurs. Il affirme à ce propos :

« […] le désir d’écrire était depuis très longtemps, peut être que je commençais à écrire quelque chose, cela était noyé dans une sorte d’inadéquation entre ma langue natale et le monde environnant. Le Français dans lequel j’écrivais, je ne sentais pas qu’il était susceptible d’avoir prise sur ce que j’avais à tracer – c’est-à-dire – l’ensemble de mes rapports au monde dans lequel je vivais. Il a fallu pour cela, que je m’exile […] comme si ma langue maternelle s’était éloignée à bonne distance pour que je puisse mieux la voir.[1] »

Dans la perspective de Claude Ollier, l’exil est une expérience qui ne peut être menée à bien que si le voyageur-écrivain accepte de mettre à distance sa langue dite maternelle et partant d’apprendre à « parler autre ».[2] Aussi assistons-nous avec Claude Ollier, à l’émergence d’une nouvelle conception de l’exil. Celle-ci comporte deux facettes indéfectiblement liées : l’une d’ordre géographique et l’autre de type linguistique. L’exil géographique ne peut être vécu pleinement, en tant que quête d’une « altérité radicale », que s’il est accompagné d’un exil linguistique. Loin d’être un luxe intellectuel, apprendre à parler autre acquiert, chez Ollier, une valeur instrumentale en ce sens que l’autre langue lui permet « d’avoir prise sur ce qu[’il] avai[t] à tracer » et d’être cohérent avec cet Ailleurs qui lui est nouveau, étranger.

 Continuer la lecture de L’autre langue: une méthode de lecture de l’Ailleurs 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

Le roman marocain