Archives de catégorie : Littérature de voyage

Récit de voyage, Roman colonial, Imagologie, Images du Maroc

L’autre langue: une méthode de lecture de l’Ailleurs

L’apprentissage de l’autre langue comme méthode de lecture de l’espace étranger

Dans un entretien qu’il accorde à Mireille Calle-Gruber, Ollier souligne l’inadéquation entre la langue natale du voyageur-écrivain et l’Ailleurs. Il affirme à ce propos :

« […] le désir d’écrire était depuis très longtemps, peut être que je commençais à écrire quelque chose, cela était noyé dans une sorte d’inadéquation entre ma langue natale et le monde environnant. Le Français dans lequel j’écrivais, je ne sentais pas qu’il était susceptible d’avoir prise sur ce que j’avais à tracer – c’est-à-dire – l’ensemble de mes rapports au monde dans lequel je vivais. Il a fallu pour cela, que je m’exile […] comme si ma langue maternelle s’était éloignée à bonne distance pour que je puisse mieux la voir.[1] »

Dans la perspective de Claude Ollier, l’exil est une expérience qui ne peut être menée à bien que si le voyageur-écrivain accepte de mettre à distance sa langue dite maternelle et partant d’apprendre à « parler autre ».[2] Aussi assistons-nous avec Claude Ollier, à l’émergence d’une nouvelle conception de l’exil. Celle-ci comporte deux facettes indéfectiblement liées : l’une d’ordre géographique et l’autre de type linguistique. L’exil géographique ne peut être vécu pleinement, en tant que quête d’une « altérité radicale », que s’il est accompagné d’un exil linguistique. Loin d’être un luxe intellectuel, apprendre à parler autre acquiert, chez Ollier, une valeur instrumentale en ce sens que l’autre langue lui permet « d’avoir prise sur ce qu[’il] avai[t] à tracer » et d’être cohérent avec cet Ailleurs qui lui est nouveau, étranger.

 Continuer la lecture de L’autre langue: une méthode de lecture de l’Ailleurs 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

La littérature de voyage au Maroc. Quel horizon d’attente ?

« La littérature de voyage au Maroc Quel horizon d’attente ?« ,  Colloque international : Passage, Présence, Aimance dans la littérature et les arts au Maroc, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mahraz? Fès, les 25 et 26 mars 2010.

Depuis toujours, les hommes ont été fascinés par les contrées lointaines ainsi que par ceux qui les occupent. Au fil des siècles et avec le développement des moyens de transport (maritimes, terrestres, et beaucoup plus tard aériens), l’humanité a vu naître plusieurs générations de voyageurs devenus les narrateurs de leurs expériences viatiques. Toute une bibliothèque des voyages (journaux, carnets de route, récits de voyage, rapports de mission, romans de voyage, etc.) s’est alors constituée. Ce fond documentaire qui représente, à juste titre, un patrimoine culturel universel, interpelle les chercheurs et les invite à se pencher sur cet aspect de l’histoire de l’humanité dont les récits de voyage sont le reflet et le témoignage. Il va sans alors sans dire que chaque époque, chaque société avait ses dieux, mais aussi ses Ulysse, ses idéaux, ses aspirations et ses craintes. Sans doute cela explique-t-t ne serait-ce qu’en partie, les différentes représentations que les voyageurs de tous temps se font de l’Autre et de sa culture. Cette expérience de l’étranger qui est, a priori, un signe d’ouverture son alter ego, une tentative de découverte et de compréhension de l’Autre, s’est souvent,  transformée plutôt en monologue, en affirmation de soi : les voyageurs ne font que reproduire les schèmes de pensée de leurs cultures de provenance. Aussi un voyageur sans bagages n’est-il qu’un mythe. C’est dire que le sens de l’Ailleurs, dont le récit de voyage est le champ « d’expérimentation », étant « lacunaire», « incertain » fait que l’expérience du voyage soit une « tâche inachevable » et que le récit qui en résulte, un témoignage et un livre toujours en devenir.

Continuer la lecture de La littérature de voyage au Maroc. Quel horizon d’attente ?

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

L’Oriental marocain: De la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (1)

L’Oriental marocain : De la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (1)

A l’instar de toute cette partie du Maroc appelée par Moulieras « Le Maroc inconnu »[1], Oujda demeure également inconnue dans la conscience française jusqu’à la fin du XIXème siècle. En effet, elle passe, selon Canal, « pour une cité mystérieuse, cachée à l’ombre de sa forêt d’oliviers et accessible seulement aux sujets de sa majesté chérifienne[2] ». Ali Bey Elabbassi, déjà en 1814, rapporte la situation de la ville en insistant sur l’aspect belliqueux des habitants: ils sont tous armés et prêts à combattre[3]. Dès lors on comprend que ce caractère mystérieux d’Oujda tient surtout à l’insécurité qui y régnait ; cela dissuadait, par conséquent, les voyageurs étrangers de s’y rendre et à fortiori de s’y installer. Par ailleurs, Canal compare Oujda avant le traité de Lalla Marnia (mars 1845), à la ville telle qu’elle apparaît après la conclusion de ce traité en ces termes :

Continuer la lecture de L’Oriental marocain: De la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (1)

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website