L’Oriental marocain: De la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (1)

L’Oriental marocain : De la « cité de la peur » à un modèle d’exploitation coloniale (1)

A l’instar de toute cette partie du Maroc appelée par Moulieras « Le Maroc inconnu »[1], Oujda demeure également inconnue dans la conscience française jusqu’à la fin du XIXème siècle. En effet, elle passe, selon Canal, « pour une cité mystérieuse, cachée à l’ombre de sa forêt d’oliviers et accessible seulement aux sujets de sa majesté chérifienne[2] ». Ali Bey Elabbassi, déjà en 1814, rapporte la situation de la ville en insistant sur l’aspect belliqueux des habitants: ils sont tous armés et prêts à combattre[3]. Dès lors on comprend que ce caractère mystérieux d’Oujda tient surtout à l’insécurité qui y régnait ; cela dissuadait, par conséquent, les voyageurs étrangers de s’y rendre et à fortiori de s’y installer. Par ailleurs, Canal compare Oujda avant le traité de Lalla Marnia (mars 1845), à la ville telle qu’elle apparaît après la conclusion de ce traité en ces termes :

« Cette ville partage avec Figuig le triste privilège de renfermer encore quelques renégats, de donner refuge à nos déserteurs, ainsi qu’aux criminels contumaux et à tous les coupeurs de route de la frontière qui vont y chercher asile. On a vu bien souvent des crimes se commettre en territoire français et les coupables franchir en quelques heures la distance qui les séparait de la frontière marocaine, échappant ainsi aux sévérités de Thémis. Mais aujourd’hui, grâce à l’entente cordiale qui existe entre l’Amel ou Pacha, gouverneur de la ville, et l’autorité militaire française, les crimes deviennent beaucoup moins fréquents et restent rarement impunis.[4] » Ainsi, avant le traité de 1845, Oujda, selon J. Canal, était l’asile privilégié des hors la loi (des renégats, déserteurs, criminels, coupeurs de route, etc.) qui commettaient des crimes en territoire français à partir de la frontière marocaine. Grâce à ce traité, ces actes de vandalisme sont désormais punis, ce qui a permis d’instaurer l’ordre et la sécurité, quoique cela fût encore précaire sur la frontière maroco-algérienne. En nous limitant à ces deux voyageurs-écrivains qui ont visité cette ville en 1813, pour Ali Bey Elabbassi, et en 1885, pour Joseph Canal, nous remarquons que Oujda, à cette époque, est perçue à la fois comme une ville agitée où sévissent des guerres intestines opposant les grandes tribus de la région et comme le refuge privilégié des maraudeurs et des criminels ; d’où l’appellation ‘Blad al Siba’ (le territoire de l’insoumission) qui était souvent appliquée à cette ville frontalière[5]. Telle est, en gros, l’image que se faisait la plupart des visiteurs étrangers de cette ville qualifiée par le Capitaine Voinot de « la cité de la peur »[6] ou de « Bled el Barud » (le territoire de la révolte), selon le témoignage d’un voyageur espagnol, nommé Lara[7]. À la veille du XXème siècle, Oujda est indéniablement devenue une ville géo-stratégiquement importante aux yeux de la France : « Comme la France, écrit B. Ouasti, avait nourri le projet d’intervenir au Maroc au début du XXème siècle, beaucoup de voyageurs de fonctions diverses, se sont rendus à Oujda et l’ont décrite, (…) comme Voinot à titre d’exemple.[8]» Située aux confins de la frontière maroco-algérienne, Oujda devient un passage obligatoire pour les voyageurs circulant entre le Maroc et l’Algérie française. À partir de 1844, Oujda accueille sur son sol plusieurs voyageurs-missionnaires, ambassadeurs, écrivains, etc. surtout français[9], venant parfois s’enquérir sur la situation (politique, économique et sociale) de la ville à des fins stratégiques et militaires. Aussi plusieurs rapports et récits de voyage devaient-ils fleurir pendant la deuxième moitié du XIXème siècle[10] et au début du XXème siècle. Cela montre à quel point la ville a été « le point focal d’une série de projets et d’ambitions »[11]. Cependant, tous ces voyageurs ne faisaient que réactualiser, dans leurs récits, l’image préétablie voire stéréotypée de la ville, celle de la « cité de la peur ». Il se peut même que ce caractère de « cité mystérieuse » ait été l’une des raisons pour laquelle Oujda a inspiré bon nombre d’écrivains-voyageurs. Nous nous proposons d’étudier plus précisément la manière dont la ville d’Oujda a été représentée dans Santana de Jérôme Morales (1952) et dans un roman récent, La dame au grand chapeau, publié en 1996, par une ancienne résidente de la célèbre mine de Bou Beker, une française nommée Florence Trystram. Oujda de Moralès : une cité anarchique à « civiliser » Le lieu « géographique » évoqué dans le roman de Jérôme Moralès est La Moulouya avant la pénétration française au Maroc. Cependant, loin d’être considérée en elle-même, la Moulouya est présentée comme le microcosme du Maroc. C’est un Maroc en réduction. En témoigne la rareté des descriptions géographiques de cette région du Maroc oriental. Le narrateur se contente, généralement, de mentionner les noms des lieux visités ou parcourus par le héros-voyageur sans pour autant les décrire : « Ils traversèrent monts, clairières, vallées, chevauchant pendant deux jours. Par un beau soir de février 1897, ils atteignirent la forêt où habitait le chef des Simarouf, près de la Moulouya à trente kilomètres environ du lieu que l’on appelle maintenant Camp-Berteaux. »[12] Cette stratégie favorise, certes, la production d’un effet de réel, mais aussi, sur le plan narratif d’un effet de vitesse. Ainsi, la description des lieux parcourus par le héros-voyageur acquiert un caractère plutôt fonctionnel, dans la mesure où elle tend simplement à replacer le voyage dans une temporalité précise (février 1897-1907) et dans une géographie (à travers la mention des toponymes : « la Moulouya », « l’infirmerie de campagne de la petite ville algérienne de Marnia », « El Aïoun Sidi Mellouk », etc.[13]). Si toutes ces indications tendent à authentifier le récit, il n’en demeure pas moins que l’objectif du narrateur ne consiste pas à décrire, à la manière d’un géographe ou d’un cartographe, cette contrée du Maroc oriental avant l’arrivée des Français, mais plutôt à en dresser la carte socio-politique. C’est pourquoi toute description, de quel qu’objet qu’il soit (lieu, personnage, etc.), ne participant pas de cette thématique est reléguée au second plan. Cela dit, la Moulouya de Moralès n’est pas simplement un élément du décor à l’intérieur duquel les personnages se meuvent, elle est plutôt le lieu où se reflètent la thématique du texte, son enjeu et l’intentionnalité de l’auteur. Elle est donc ce qu’en perçoit Moralès, et en tant que telle, elle est un « objet construit » de manière telle qu’elle puisse s’intégrer dans un projet de parole. Comme le rappelle A.J. Greimas[14], l’étendue devient espace aussitôt qu’elle est informée et transformée par une conscience subjective. En outre, les citations illustrant ce rapport d’équivalence entre la partie (la Moulouya) et le tout (le Maroc) abondent dans le récit. Nous nous limitons à ces deux extraits qui nous paraissent des plus représentatifs : « Dans l’état d’anarchie où vivait le Maroc, combien d’hommes étaient blessés ; combien de blessures, bénignes dans un pays civilisé étaient alors mortelles faute de médecins, de médicaments, de moyens de transport rapides.[15] » « – Comment, en ce Maroc, si voisin de l’Algérie, cette anarchie, ces cruautés, peuvent-elles se perpétuer ? Ses douars flambent ! Ses tribus prospèrent qui peu à peu s’épuisent et meurent ! Le destin tragique de ces naufragés ! Tout cela ne devrait plus être ; tout cela devra disparaître.[16] » Par l’emploi fréquent du mot « Maroc », l’auteur procède par généralisation. En partant de ce qui se passe dans la Moulouya, il l’applique à tout le Maroc suivant la dichotomie communément : Blad el Makhzen (le territoire de l’État) et Blad al Siba (le territoire de l’insoumission). L’Algérie française : un « modèle » pour le Maroc S’inscrivant dans la lignée des écrits français sur Oujda, le roman de Jérôme Moralès représente la Moulouya/le Maroc comme un espace livré à la guerre civile. C’est ce que fait dire l’auteur à un personnage « marocain » : « Notre expédition n’avait qu’un but, leur rendre les coups qu’ils nous avaient portés… C’est la coutume qui commande : « Œil pour œil, membre pour membre, mort pour mort… ». Nous leur avons montré notre force pour éviter le retour de leurs crimes. Les brigands ne s’attaquent qu’aux faibles mais, devant leurs attaques, les douars se sont ralliés pour leur opposer de la résistance. Pendant quatre ans ils ne sont pas venus, ils n’ont reparu qu’aujourd’hui mais ils ont vu, nous sommes armés, ils n’ont rien pu emporter. Ils ont constaté que leur façon d’opérer ne paie pas, bien au contraire… Ali, le beau-fils et neveu du chef entre dans la pièce, accroche son mousquet à une tige de fer plantée dans le mur et, après avoir salué le maître : – Deux pillards ont été abattus, nous avons laissé leurs cadavres aux chacals et ramenons leurs chevaux.[17] » La récurrence des mots et expressions tels que « expédition », « coups », « mort pour mort », « force », « crimes », « brigands », « attaque », « nous sommes armés », « pillards », « abattus », « cadavres », implique une image belliqueuse de la population marocaine. De surcroît, parler de la loi du talion, des agressions et des guerres intertribales ne va pas sans mentionner un certain nombre de faits ou d’observations servant à illustrer et à confirmer cet état de chose. Ces diverses qualifications négatives de l’espace et de ses occupants tendent à légitimer une intervention militaire conformément au discours colonialiste archaïque : coloniser pour civiliser ou châtier pour éduquer. L’effet produit sur le lecteur contraint réfère à toutes ces descriptions de la contrée à cette époque par les auteurs ayant traité de l’affaire du Maroc à partir des confins algéro-marocains. Oujda, dans Santana, garde toujours l’image d’une ville cruelle mais qui doit être, à l’avenir, investie d’une mission civilisatrice, à partir de l’Algérie française. Ainsi représentée, l’Oujda de Moralès est un espace plutôt politique que géographique. C’est ce qui autorise, en fait, la comparaison établie entre la situation politique de la ville entre 1895 et 1907 et celle de l’Algérie d’autrefois, avant la pénétration française. Il va sans dire que l’auteur joue sur l’illusion rétrospective du vrai. Au moment où le Maroc aux idées d’indépendance, l’auteur met en scène un Maroc antérieur à l’occupation même. Nous remarquons que ce rappel d’un Maroc en crise a beaucoup inspiré les écrivains français des années 1920 et 1930 comme en témoigne le roman, Les Esclaves des Miquenez de George Nancy, publié en 1925 et qui se propose de restituer la geste des captifs. Cette comparaison consiste, d’abord, à fonder une égalité de rapports entre deux pays appartenant à la même zone géographique et à la même sphère culturelle. « […] Ce que je vois ici, c’est ce qui se passait autrefois en Algérie, avant l’arrivée des Français. Mais depuis lors, la justice n’est plus rendue qu’à bon escient ; les actes de vandalisme sont réprimés sévèrement, justement.[18] » Par le moyen de cette analogie, le héros-voyageur ressuscite le mythe du despotisme oriental appliqué à tous les pays « orientaux ». Aussi le comparé et le comparant partagent-ils la même appréciation axiologique. Le héros-voyageur témoigne à propos de la situation en l’Algérie précoloniale, son pays natal, qu’il assimile à celle du Maroc en ces termes : « Et au cours de la soirée de halte en Tlemcen, tout en sirotant le thé, Sid Abderrahman questionnait : – Sid Santana, toi qui as étudié bien des choses… sais-tu quel était le chef de l’Algérie avant l’arrivée des Français ? – C’était le Dey Hussein, résidant en Algérie … Homme violent, excessivement cruel, surtout à l’égard des roumis capturés par ses corsaires. Il n’avait qu’une autorité limitée à la ville d’Alger elle-même, partout ailleurs les tribus et leurs chefs se partageaient et se disputaient la prépondérance… – C’est encore ce qui se passe chez nous … – Exactement ![19] » Cette séquence met en scène deux personnages engagés dans le dialogue : d’une part, un Marocain qui pose des questions à valeur de demande d’information, témoignant ainsi de son ignorance et de l’autre, le savant représenté par le héros-voyageur (Santana) qui y répond. De plus, à travers la mention des noms de personnages « historiques », l’auteur se fait passer pour un historiographe, alors qu’il ne se réfère en fait qu’à la Bibliothèque des voyages. Il s’érige ainsi en acteur majeur d’un espace qu’il prétend connaître parfaitement. Cette comparaison entre l’Algérie et la Maroc antérieur à l’arrivée des Français se révèle doublement significative : elle permet d’actualiser le mythe du despotisme oriental, dégradé en stéréotypes ; et de mettre en valeur l’évolution qu’a connue l’Algérie après l’arrivée des Français. Le comparé et le comparant (respectivement le Maroc et l’Algérie devenue française) ne sont plus analogues. L’Algérie (française) ne ressemble plus à l’Algérie du passé. Le sens du mot a dépassé alors le sens communément reçu qui rattache ce pays à l’Orient. Cette comparaison différentielle assure évidemment une fonction didactique. Ce sont donc les traits différentiels du Maroc antérieur à 1907 et de l’Algérie française qui constituent le support de la fonction didactique. « Santana utilisait ce voyage pour une autre fin que son propre enchantement. La cinquième étape amena leur campement à Tlemcen, il parla ainsi à Si Abderrahman : – Vois les bienfaits de l’ordre et de la civilisation : voici un hôpital pour soigner les malades, des écoles pour instruire les enfants, une police organisée pour combattre les malfaiteurs. Vois cette liberté pour tous et pour toutes, et au premier rang de ces libertés, celle de la conscience. Depuis la venue des Français en Algérie, constate le chemin parcouru ; des canalisations apportent l’eau venue de captages lointains, la terre en est nourrie et fertilisée. Pense qu’il y a peu de temps encore il n’existait ici, comme chez toi, que la volonté du plus fort, le brigandage, la rapine … – En vérité, crois-tu que le vol, l’assassinat et la destruction soient la volonté d’Allah ? – Je ne crois pas que cela soit la volonté d’Allah. – La mission d’humanité et d’ordre assumée par la France en Algérie doit l’amener, nécessairement, à intervenir plus tard au Maroc. Ce geste est nécessaire et humain, crois-moi, elle l’accomplira… – Ainsi parlait souvent Santana […][20] » Le héros-voyageur profite de son voyage à la Mecque, en compagnie de Sid Abderrahman, pour montrer à celui-ci les « réalisations » de la France en Algérie et pour le persuader des « avantages » que les Marocains pourraient aussi tirer d’une éventuelle intervention française (au Maroc). En tant qu’espace anarchique, Oujda (et par extension le Maroc) se présente comme un lieu antinomique d’un autre lieu où règnent la paix, l’ordre et la justice : l’Algérie. Ce lieu où régnaient auparavant le despotisme et l’anarchie, à l’instar de tous les autres pays de l’Orient, est devenu, dans la perspective du héros-voyageur, après l’occupation française, un espace de civilisation. Tout cela nous incite à constater que ce qui est loué est moins l’Algérie que la France qui a fait d’elle un espace exemplaire digne d’être pris comme un modèle par son voisin (le Maroc) qui vit encore sous le joug du despotisme et des guerres intestines[21]. Cela dit, la visée didactique de cette comparaison consiste à montrer aux chefs marocains de la Moulouya les bienfaits de la colonisation et à les amener à faire appel aux Français. Idéologiquement parlant, cette description de la ville avant la pénétration française au Maroc consiste à mettre en valeur la différence entre un avant dysphorique et un après euphorique. Cette différence est largement développée dans le dernier chapitre de Santana où l’auteur énumère les apports de la colonisation française au Maroc. Disons que le discours du héros-voyageur se construit sur deux types de comparaisons : une comparaison analogique entre le Maroc « actuel » et l’Algérie d’autrefois ; et une comparaison « contrastive » entre l’Algérie française (actuelle) et le Maroc (actuel), non encore soumis à la domination française. Le héros-voyageur érige ainsi en modèle la colonisation française en la dotant de toutes les valeurs positives : humanisme, bienfaisance, etc.[22] Tout porte à « considérer l’espace comme une forme susceptible de s’ériger en un langage spatial permettant de « parler » d’autre chose que l’espace, de même que les langues naturelles, tout en étant des langages sonores, n’ont pas pour fonction de parler de sons ».[23] L’espace, ainsi décrit, représente le creuset de l’idéologie coloniale et consiste à montrer sur le terrain les manifestations des valeurs humanistes de la colonisation, et ce pour mieux rendre visible et donc tangible ce qui serait simplement conceptuel, imaginaire. En somme, la stratégie adoptée par Jérôme Moralès pour valoriser le colonialisme s’inscrit dans la lignée des écrivains-voyageurs qui se sont mobilisés pour élaborer la propagande de l’entreprise coloniale en mettant l’accent, entre autres, sur sa valeur « d’humanité ». Le roman de Jérôme Moralès semble reprendre à son compte les différents topoï consacrés par cette littérature. Pourtant, comme le souligne Boussif Ouasti, il est permis de s’interroger sur la performativité d’une telle littérature : « Cette littérature dite coloniale, qui en principe participe de toute une propagande idéologique, n’a pas joué un rôle politique fondamental, même si elle a fourni un ensemble d’informations sur l’espace et ses occupants[24]. » Jérôme Moralès lui-même reconnaît le fable écho de ses romans dans la préface de son roman Le boxeur : Ce livre est bien notre troisième roman… Nous lui souhaitons un meilleur sort que ses deux aînés, qui ne sont encore, hélas, que des « héros de l’ombre » … Le premier, intitulé « Santana », sommeille dans les archives des « Nouvelles littéraires », à Paris. Cependant, il rend un juste hommage à l’œuvre civilisatrice de la France. L’action se déroule dans le Rif et l’histoire se situe bien avant la venue des Français au Maroc. (…) Deux œuvres, par conséquent, mises au service exclusif de la « Sainte paix ». Deux œuvres, hélas, encore non éditées …[25] Même s’il affirme que le sujet de son livre est un hommage rendu « exclusivement » à la mission civilisatrice de la France, Jérêome Moralès note que ce livre sommeille encore dans les archives des Nouvelles littéraires. Ce témoignage montre une fois de plus que la littérature « coloniale » n’a joué qu’un rôle mineur dans l’éducation du public métropolitain aux avantages de l’entreprise coloniale.    [1] Cf. A. MOULIERAS, Le Maroc inconnu, Paris: Challamel, 1899 [2] « A ce titre, elle [Oujda] a passé pour une cité mystérieuse, cachée à l’ombre de sa forêt d’oliviers et accessible seulement aux sujets de sa majesté chérifienne. Nul profane, nul roumi surtout ne pouvait pénétrer impunément dans cet ‘Médinet Kebira’ sans s’exposer à son retour, à se faire dévaliser, sinon assassiner par les rôdeurs. Les couples qui s’y réfugiaient étaient hors de l’atteinte de nos gendarmes, et jouissaient en paix d’une impunité presque certaine. », J. CANAL, La frontière marocaine. Oudjda. Oran : Perrier, 1886, p.4 ; cité par B. OUASTI in : « Représentation d’Oujda dans l’imaginaire français, fin XIXe-début XXe siècles», Maroc/Europe, 5, 1993, p. 70 [3] « A sept heures du matin, je découvris au loin, sur une hauteur voisine du chemin, deux hommes armés à cheval, qui s’avançoient posément vers nous. Mes gens commençoient à s’alarmer, je les tranquilisai, et lorsqu’on les eut abordés, j’appris que c’étoient des vedettes de la tribu ennemie qui avoient tué l’homme enterré à aïoun Meylouk et que derrière eux étoient les troupes de la tribu. Nous trouvâmes ensuite quelques hommes qui fauchoient le blé: ils avoient tous à côté d’eux leurs chevaux sellés et bridés. Plus loin, on découvroit une troupe armée. », Ali Bey ELABBASSI, Voyages d’Ali Bey Elabbassi en Afrique et en Asie, Paris : Didot l’Ainé, 1814, p. 326 [4] Joseph CANAL, La frontière marocaine. Oujda 1885, Oran : Paul Perrier, 1886, pp. 3 – 4, cité par B. BENBELLA in : Images et paysages de la ville d’Oujda …, op. cit. [5] A ce propos, Rouard de Card note dans son rapport sur Oujda, en 1901 : « Jusqu’à maintenant, la région d’Oudjda avait été sans cesse agitée. L’amel qui y représentait le Sultan avait eu parfois beaucoup de peine pour faire exécuter les ordres du Makhzen. En 1897, ayant voulu lever une contribution et ayant employé des moyens coercitifs, il avait été bloqué dans la ville par les Beni-Snassen, les Angad et les Mehaia qui s’étaient révoltés contre lui. », M. E. ROUARD DE CARD, La frontière franco-marocaine et le protocole du 20 juillet 1901, Paris : A. Pedone, p. 11, cité par B. BENBELLA in : Images et paysages de la ville d’Oujda…, op. cit., p. 273 [6] Cne L. VOINOT, Oujda et l’Amalat. Maroc, Oran : L. Fouqué, 1912, p. 16, cité par B. OUASTI in : « Représentation d’Oujda … », op.cit., p. 77 [7] « Este es ‘Bled el-Barud’ (el pais de la polvora), y merece tal calificativo porque, cuando no la gastan en salvas, como habia ocurrido, la emplean en matarse con el menor pertexto. Los Angad y los Beni-snassen, son dos tribus muy poderosas y continuamente andaban a la guerra. », LARA, J.F. de, De Madrid à Uxda, Madrid: R. Gonzales, 1913, p. 106 [8] B. OUASTI, « Représentation d’Oujda … », op.cit., p. 69 [9] Boussif OUASTI précise dans ce sens: « Cette ville a retenu l’attention de bien des écrivains et des voyageurs européens en général et français en particulier. La liste des voyageurs, savants et militaires est longue : Thomas Pellow, Aly Bey, Foucauld, le docteur Russo, De chavagnac, Isabelle Eberhardt, Canal, Ismael Hamet, Charles-René Leclerc, le général Martimprey […] » in : Profils du Maroc…, op.cit., p. 188 [10] Cf. Jean-Louis MIEGE, « Pour une histoire d’Oujda dans la 2ème moitié du XIXème siècle », Revue Maroc Europe, (5)/ 1993, pp. 13 – 40 [11] Jacques FREMEAUX, « Les trois occupations d’Oujda par l’armée française », Revue Maroc Europe, op.cit., p. 46 [12] Santana, pp. 26–27 [13] « Le nom du lieu proclame l’authenticité de l’aventure par une sorte de reflet métonymique qui court-circuite la suspicion du lecteur: puisque le lieu est vrai, tout ce qui lui est contigu, associé, est vrai. », Henri MITTERAND, Le discours du roman, Paris: PUF, 1980, p. 194 [14] « L’espace en tant que forme, écrit A.J. Greimas, est donc une construction qui ne choisit, pour signifier, que telles ou telles propriétés des objets « réels », que l’un ou l’autre de ses niveaux de pertinence possibles : il est évident que toute construction est un appauvrissement et que l’émergence de l’espace fait disparaître la plupart des richesses de l’étendue. Toutefois, ce qu’il perd en plénitude concrète et vécue est compensé par des acquisitions multiples en signification : en s’érigeant en espace signifiant, il devient tout simplement un « objet » autre. », A.J. Greimas, Sémiotique et Sciences sociales, Paris : Seuil, 1976, p. 129. [15] Santana, p. 29 [16] Santana, p. 36 [17] Santana, p. 19 [18] Santana, p. 20 [19] Santana, pp. 41–43 [20] Santana, pp. 40–41 [21] « Si le signifiant spatial apparaît comme un véritable langage, on comprendra qu’il peut être pris en charge pour signifier et tout d’abord pour signifier la présence de l’homme au monde, son activité informatrice de la substance, transformatrice du monde. », A.J.GREIMAS, Sémiotique et sciences sociales, op.cit., 133 [22]« Cette production littéraire, indissociable d’une stratégie de propagande politique, sécrète un discours colonial qui avance masqué et partant ambivalent. Celui-ci mobilise tout un ensemble de moyens rhétoriques et de sources du savoir, pour produire le mythe de la civilisation d’Oujda par une patrie bienfaitrice du genre humain. Pour ce faire, nombreux sont les stéréotypes mis en œuvre. » B. OUASTI, « Représentation de la ville d’Oujda… », op.cit. p. 72 [23] B. OUASTI, « Représentation de la ville d’Oujda… », op.cit., p. 130 [24] B. OUASTI, Image(s) des pays des Pharaons…, op.cit., p. 192 [25] J. MORALES, Le roman d’un boxeur, Casablanca : Editions A. Moynier & Cie, 1951, p. 7. (Les italiques sont de l’auteur)


Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website