Ambivalence de l’espace marocain

II.3. Ambivalence de l’espace marocain dans La dame au grand chapeau

L’espace marocain décrit dans ce roman sur Oujda est perçu sou deux angles : pour Domenica, la femme de Jean Walter, c’est avant tout un espace exotique. Son lieu de villégiature préféré est Marrakech :

« Cette affection qui l’atteint est sans doute une des raisons pour lesquelles Domenica aime de plus en plus le Maroc, dont les médecins unanimes lui conseillent le climat chaud et sec. De fait, lorsqu’elle y séjourne, elle souffre beaucoup moins. Son lieu de villégiature préféré est Marrakech et son célèbre hôtel La Mamounia. Ce n’était pas alors la grande machine à touristes d’aujourd’hui, même s’il est resté le plus luxueux établissement du pays : c’était un délicieux bâtiment ancien, dans le style arabe traditionnel, et surtout il était situé dans de somptueux jardins, entretenus par une armée de jardiniers, dont les frondaisons et les fontaines assuraient une exquise fraîcheur même par les temps de canicule. Il ne recevait, dans un luxe rare, que peu d’hôtes à la fois, clients fortunés et de la meilleure société qui avaient plaisir à s’y rencontrer entre gens du monde. Domenica y retrouvait l’atmosphère des palaces qu’elle fréquentait avant la guerre avec Paul Guillaume. Elle y occupait toujours la même suite, servie par un personnel nombreux et stylé, connue et respecté de tous.[1] »

De plus, souffrant des rhumatismes et surtout de l’arthrose des mains, Domenica a dû consulter plusieurs médecins. Tous lui ont recommandé le climat chaud et sec. Telle est l’une des raisons pour laquelle elle venait souvent au Maroc. Or, il n’était pas question pour elle de séjourner à Bou Beker, car elle n’éprouvait aucune attirance pour cette région désertique qui manquait de confort. C’est donc Marrakech qui sera son lieu de villégiature préféré et son célèbre hôtel La Mamounia. Le choix de cette ville impériale et de cet hôtel « luxueux », traditionnel, muni de jardins somptueux témoigne, chez Domenica, du désir de joindre l’utile (la guérison) à l’agréable (le dépaysement et le plaisir esthétique). Elle en profitait aussi pour mener une vie mondaine très parisienne.

Pour Jean Walter, le Maroc est perçu positivement pour sa valeur économique. Il s’agit d’un lieu où le héros acquiert la dimension de colon milliardaire et de personnage influent y compris au niveau académique. Si au départ, le savoir (la science, la plume) légitimait le pouvoir (le sabre militaire), durant le protectorat, c’est le profit réalisé qui récompense la science par un encouragement de la recherche scientifique.

Nous réalisons comment l’évolution spatiale est tributaire de l’évolution du personnage-héros. L’espace colonial fait l’homme colonial. La description est centrée sur les transformations successives de l’espace (nature/culture), (désert/ville modèle) le plus souvent sous l’emprise des besoins de la Métropole (espace utopique). Au moment où le héros disparaît de la colonie (mine épuisée) son œuvre continue dans l’espace générateur de ces transformations : la Métropole.

Conclusion

Ainsi même si ces deux romans de voyage sur Oujda (Santana et La dame au grand chapeau), ont été écrits à des époques fort éloignées l’une de l’autre, il n’en demeure pas moins qu’ils peuvent être lus comme complémentaires. Jérôme Moralès, dans Santana, s’ingéniait à dé-montrer les vertus humanistes de la colonisation. Florence Trystram, quant à elle, met en scène la partie « cachée » de la colonisation en tant que « système d’exploitation » des colonies.

Pour ce qui concerne la représentation de la ville d’Oujda, il importe de noter que, dix-huit ans après l’arrivée des Français, cette cité n’était, ainsi que l’affirme Florence Trystram, qu’un poste militaire. Ce qui dément toutes les prévisions de Jérôme Moralès sur les réalisations des Français, dans cette région du Maroc oriental. Il apparaît donc clairement que l’intervention française dans cette région n’avait pour but que d’instaurer la sécurité dont avaient besoin les troupes françaises. Ce n’est qu’à partir du moment où cette région s’est révélée féconde de ressources naturelles, où plusieurs sociétés se sont implantées à Bou Beker, à Djérada, à Oued-el-Heimer et à Touissit que des retombées socio-économiques sur la ville se sont produites. Oujda devient alors un centre économique incontournable de la région. Les routes reliant la ville à Touissit et à Bou Beker ont été construites, les moyens de transport modernisés, etc., Bou Beker, elle-même, s’est vue alors devenir une ville. Tout cela n’avait rien d’humaniste, mais s’inscrivait dans un esprit capitaliste et colonialiste tendant à doter la région de l’infrastructure à même d’optimiser l’exploitation de ses richesses.

Cependant, cette vision euphorique de l’espace colonial où se construit le personnage du colon au détriment des autochtones n’est pas une constante. D’autres romans aussi bien publiés pendant la période coloniale qu’après l’indépendance, ont représenté l’espace marocain comme un espace qui dénonce les pratiques impérialistes, les misères qu’elles produisent et la naissance d’une conscience nationaliste.

[1] La dame au grand chapeau, p. 166
Url. (Image) 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website