La fondation des Bourses de Zellidja: un appel à l’aventure

La fondation des Bourses de Zellidja: un appel à l'aventure

Ayant atteint l’âge de cinquante ans, Jean Walter conserve toujours un souvenir nostalgique de sa jeunesse, de l’époque où il travaillait dur, pendant toute l’année, pour réussir dans ses études, et où il consacrait ses vacances à parcourir l’Europe à vélo. Ayant conscience de l’importance de cette expérience dans la formation de l’esprit, Jean Walter tenait absolument, à en faire profiter une jeunesse française « qu’il considérait comme quelque peu déliquescente » et qu’il souhaitait revigorer. Pour ce faire, il présente son expérience, pour ne pas dire il se présente lui-même, comme un modèle à suivre en fondant les Bourses de Zellidja.

« Sa propre vie devait servir de modèle, symbole d’acharnement au travail et d’ouverture au monde. Il décida, dès que la mine s’avéra riche de promesse, en 1938, de consacrer une part, si minime fût-elle, des revenus à « donner aux jeunes les moyens de compléter leurs études par des connaissances qu’ils n’ont pas acquises dans les établissements scolaires et n’acquerront pas davantage dans les grandes écoles ou en faculté.[1] »

Cette exemplarité qu’il voulait faire de sa personne et de « sa propre vie » devait s’appuyer sur les revenus de la mine dont une part, si minime fût-elle, était destinée à donner aux jeunes français (lycéens et étudiants) la possibilité de faire comme lui lorsqu’il était jeune, c’est-à-dire de voyager et par là de leur permettre d’acquérir ce que les établissements scolaires voire les grandes écoles ou les facultés ne pourraient pas leur fournir. Le projet fut appuyé, avec ferveur, par le ministre de l’Éducation nationale. Les premiers bénéficiaires de ces bourses furent les élèves du collège de Montbéliard et du lycée de Besançon où Jean Walter avait fait ses études. A peine commencée, l’expérience fut arrêtée à cause de la guerre. Aussitôt la guerre terminée en 1945, Jean Walter proposa au Ministère de l’Éducation nationale d’étendre son système de bourse à la France entière. Le nom qu’on donna à ces Bourses, contribuait incontestablement, de par son caractère étrange et exotique, à la renommée de la mine de Zellidja, comme nous allons le voir ci-dessous.

C’est ainsi que dès 1946, soixante bourses furent accordées, et cent, l’année suivante. Pour garantir la survie de ces bourses, Jean Walter procéda à la création de la Fondation Nationale des Bourses Zellidja, et il en confia la gestion à l’Éducation nationale. Pour la même raison, il remit l’équivalent d’un milliard de francs en actions Zellidja à ce même ministère pour assurer le fonctionnement de la Fondation. Celle-ci traitait au moins de deux mille dossiers chaque année et en retenait entre 300 à 400.

Le montant de la bourse s’élèvait de 20 à 40.000 francs en fonction de l’ambition du projet, car, le but n’était pas de financer tout le voyage mais de permettre aux bénéficiaires de partir. Ces boursiers, que Jean Walter se plaisait à appeler les « Z », étaient tenus, à leur retour du voyage, de rédiger un rapport. Les cinquante meilleurs rapports étaient sanctionnés d’une seconde bourse pour un autre voyage. Dans le même esprit, « l’auteur du meilleur rapport de l’année était solennellement récompensé, au cours de la cérémonie de remise des prix du Concours général, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, par un prix du président de la République, d’un montant de 100.000 francs ; les dix-neuf suivants recevaient de 40.000 à 60.000 francs, et se voyaient dotés du titre de lauréats des Bourses Zellidja [2] ».

En 1955, suite à une crise cardiaque, Jean Walter commençait à s’inquiéter sérieusement pour sa vie. Rien ne le préoccupait si ce n’est le destin de sa Fondation, de son œuvre. Pour en assurer la pérennité, il offrit, sous forme de donation, à l’Académie française soixante douze mille actions Zellidja. Jules Romains en devint le président, Marcel Pagnol et Maurice Genevoix les administrateurs.

Ces Bourses qui étaient, à l’origine financées par les revenus de la mine de Zellidja, continuèrent à être attribuées même après l’arrêt de l’exploitation, suite à l’indépendance du Maroc, à célébrer la gloire de leur fondateur et, par la même occasion, à immortaliser le nom de cette région du Maroc Oriental, qui en était à l’origine. Même si l’auteur déclare que les « Bourses Zellidja » ont cessé en 1974,[3] il n’en demeure pas moins que le principe est toujours là, le nom est toujours maintenu et les étudiants continuent toujours de bénéficier de la « bourse Zellidja ». Car, après la dissolution de la Fondation Nationale des Bourses Zellidja en 1974, c’est l’association des Lauréats Zellidja créée en 1949 qui prenait la relève et reprenait à sa charge les voyages Zellidja[4].

[1] La dame au grand chapeau, p. 174

[2] La dame au grand chapeau, p. 176

[3] « Les bourses Zellidja, dotées elles aussi en action de la mine, ne pouvaient plus servir : elles cessèrent en 1974, alors que le monde s’habituait à voir ceux que l’on appelait les hippies arpenter la planète sans avoir recours à des mécènes, qui commençaient à subventionner les expéditions sportives ou scientifiques », La dame au grand chapeau, p. 243

[4] « L’association des Lauréats Zellidja s’était fixée pour objectif d’assurer sous forme réactualisée la relève de la Fondation Nationale des Bourses Zellidja qui a été, de 1948 à 1974, pour la jeunesse française, un formidable outil de formation par le voyage, du caractère, de l’esprit d’initiative et d’entreprise et d’ouverture sur le monde favorisant l’éclosion de jeunes talents.

[4][…] Le relais fut rapidement pris par différents mécènes qui se succédèrent aux côtés de l’association (Ministère de la Jeunesse et des Sports, Ministère de l’Agriculture, Ministère de l’industrie et de l’aménagement du territoire […]. », Cf. http://www.zellidja.com,
Url-Image

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website