L’Amérique, Bou Beker & la Métropole: Des espaces communicants

L’Amérique, Bou Beker & la Métropole: Des espaces communicants

Jean Walter était convaincu que le salut ne pouvait venir que des Américains. Il devait se déplacer en Amérique pour acquérir la compétence (le /pouvoir-faire/, à savoir les « capitaux », et le /savoir-faire/) lui permettant d’atteindre son objectif : « retirer le cœur de la mine » et en faire profiter un autre espace : la Métropole.
De ce point de vue, La dame au grand chapeau met en scène trois types d’espace : un espace paratopique, un espace topique et un espace utopique, selon la terminologie de la sémiotique.

  1.  L’Amérique : un espace paratopique[1]
C’est donc aux Etats-Unis que Jean Walter devait chercher le /pouvoir-faire/ et le /savoir-faire/ nécessaires pour surmonter le problème de la sous-exploitation de la mine de Zellidja. Vu « les promesses de la mine », ces négociations ont été couronnées par la signature d’un accord le 1er novembre 1946, avec Newmont Mining Corporation et Saint-Joseph Lead C°, qui deviennent, au terme de cet accord les associés de Zellidja. C’est ainsi qu’une nouvelle société a été fondée : la Société nord-africaine du plomb.

Par-delà le potentiel de la mine, ce qui motive la réponse favorable des Américains, c’est la demande en matière de plomb qui allait connaître une croissance considérable, en 1945, après la fin de la deuxième guerre mondiale car on s’apprêtait à reconstruire l’Europe, après presque six ans de guerre contre les pays de l’Axe.
  1.  Bou Beker : un espace topique
Toutes ces démarches se soldent par un succès remarquable. La production qui n’atteignait, pendant la guerre, que moins de 6000 tonnes de minerai par an, passe de 700.000 tonnes de plomb en 1946 à plus de deux millions de tonnes en 1949. Cette croissance en flèche de la production aura des retombées sur la modernisation de la mine sur tous les plans : technique, sociologique et urbanistique. Toutes ces transformations qu’allaient subir la mine de Zellidja, Bou Beker et ses habitants avaient pour objectifs d’optimiser la production pour, enfin, en faire bénéficier la Métropole et les investisseurs américains.

Sur le plan technique, la mine est équipée de machines modernes remplaçant les antiques wagonnets :

« Des ingénieurs américains et canadiens vinrent étudier la préparation de la mine elle-même pour une modernisation de l’extraction. C’est ainsi que firent leur première apparition dans une mine française les fameux Shuttle Cars, énormes engins d’un jaune éclatant qui sortaient le tout-venant des galeries, remplaçant avantageusement les antiques wagonnets.[2] »

Cette politique de modernisation de la mine a fait la mine de Zellidja un modèle admiré de l’Europe entière.

Sur le plan urbanistique, une « nouvelle ville » voit le jour à Bou Beker. L’extension de la mine et l’augmentation de la production sont des facteurs qui rendent nécessaire la construction d’une seconde laverie à quelques kilomètres à l’Est de Bou Beker, à proximité de la frontière entre le Maroc et l’Algérie. Ce qui, par conséquent, nécessite la construction d’un nouveau village pour accueillir les cadres et les ouvriers. De même, la fonderie prévue à Oued-el-Heimer s’est vue considérablement agrandie. C’est ainsi que Jean Walter passe à la concrétisation du projet d’une ville Bou Beker qui se dessinait dans son esprit lorsqu’il était incarcéré à la prison de Fresnes, à la fin de 1943.

« Il avait laissé, lors de son dernier voyage au Maroc, une petite mine produisant difficilement 6 000 tonnes de métal par an, un village rudimentaire, des installations de fortune. Mais déjà dans son esprit se dessinait ce qui allait devenir sa grande œuvre. En visionnaire, il traçait les plans de la ville qu’il allait construire avec son quartier arabe, ses magasins, ses lieux de culte, ses écoles, il envisageait des plantations massives d’arbres qui modifieraient le climat désertique en attirant l’eau, il imaginait des installations ultramodernes pour la mine, la laverie et la fonderie. Il rêvait à la façon dont il pourrait attirer sur le site les meilleurs cadres, former les meilleurs techniciens, disposer d’ouvriers qualifiés. Il était bien décidé à faire de sa mine une exploitation modèle. Mais il en était pour le moment bel et bien coupé : la censure empêchait toute correspondance avec le Maroc.[3] »

L’image que dresse Florence Trystram de Jean Walter, dans ce passage en particulier, rappelle à plusieurs égards, celle du héros colonial. En effet, même si Jean Walter était incarcéré, cela ne l’empêchait pas de penser à sa « petite mine » : il « envisageait » et il « rêvait » d’en faire une « exploitation modèle » se comportant ainsi en héros qui ne se préoccupe que de l’ouvrage à accomplir et qui est déterminé à réaliser ses objectifs. Tout porte donc à affirmer que Jean Walter, tel qu’il est peint par l’auteur, ne ressemble en rien à ces héros « falots et inconsistants », selon l’expression de Loutfi, qui ne se préoccupent que des « charmes du pays conquis ». Au contraire, il fait partie de ceux pour qui la colonie n’est qu’un vaste champ d’action au service de la grandeur de la « nation française ».[4]

Ayant pensé à tout cela, au moment où la mine traversait une période difficile, Jean Walter faisait preuve d’une véritable vision. Maintenant que tout est favorable à la mise en exécution de ce qui était simplement pensé, imaginé, rêvé, il passe à l’action. Bou Beker devient dès la fin de 1944 un gigantesque chantier :

« Les routes menant à Oujda et à Oued-el-Heimer furent refaites ; cinquante kilomètres d’aqueduc amenèrent l’eau en abondance depuis l’Algérie, à travers la montagne ; cinquante kilomètres de lignes électriques fournirent les 150 000 KW consommés quotidiennement. Selon les plans auxquels Jean Walter rêvait dans ce qui avait été une région désertique, parcourue seulement par les bergers nomades.[5] »

L’énumération de toutes ces réalisations met en évidence l’aspect monumental de l’œuvre de Jean Walter dans cette contrée du Maroc Oriental, réputée désertique et parcourue seulement par des bergers nomades. L’espace oriental connait, ainsi, une transformation totale.

Cette « nouvelle ville », qui voit le jour à Bou Beker, comprend deux quartiers : l’un est destiné aux Européens et l’autres aux Arabes.

a) Le quartier européen

Construites sur le modèle européen et dans un style strictement fonctionnel, propre à Jean Walter, toutes les maisons sont aussi équipées de tout ce qui permet un confort maximal:

[…] toutes [les maisons sont] dotées du meilleur confort, solides et agréables, agrémentées de jardins où les maîtresses de maison avaient à cœur de multiplier leurs fleurs et arbres qui ne demandaient qu’à s’épanouir grâce à l’eau qu’on leur fournissait sans lésiner. Leurs domestiques arabes entretenaient souvent un potager, un clapier et un poulailler. Les bureaux étaient regroupés en un ensemble agréable et fonctionnel, sur lesquels veillaient des chaouchs en habit arabe traditionnel.[6]

Il y a aussi, dans ce quartier, d’autres édifices à caractère social : des commerces, un cinéma, une église, deux écoles (l’une française et l’autre arabe), un dispensaire et une maison d’hôtes.

b) Le quartier arabe

Le quartier arabe qui était initialement composé de simples maisons de pierre et de boue, connait de profondes mutations. Il est rasé, dès 1944, et remplacé par une médina avec sa mosquée, ses rues pavées, ses boutiques d’artisans et de commerçants, et ses logements bien agencés. Toute cette œuvre qualifiée par l’auteur d’étonnante et de gigantesque est accomplie en cinq ans, de 1947 à 1952.

Pour assurer l’adaptation des cadres aux nouvelles méthodes d’extraction les plus modernes, il y a eu des échanges de visites entre les Américains, qui venaient soit travailler à la mine, soit simplement la visiter, et les ingénieurs français. Ajoutons à cela, le recrutement d’une dizaine d’ingénieurs, lauréats de l’École des mines de Paris. Ces nouvelles recrues bénéficient, dans le même but, d’une formation complémentaire aux États-Unis.

Jean Walter a pu ainsi résoudre de manière définitive le problème du personnel de base. En effet, la main-d’œuvre était, depuis les premières années du fonctionnement de la mine, l’un des principaux problèmes auquel s’était heurté Jean Walter. Composée essentiellement de nomades des hauts plateaux, la main-d’œuvre n’acceptait de travailler que pendant des périodes irrégulières. Dès qu’ils percevaient leurs salaires, ils s’en allaient pour retourner à leurs champs et à leurs moutons.

« Comment persuader des hommes habitués à vagabonder dans des espaces sans limites et à n’avoir que le ciel pour maître de se transformer en taupes dans un domaine où les démons sont rois, pour y fournir un travail de forçat ? La rémunération compte. Mais une fois reçus les quelques billets magiques gagnés en une semaine ou en un mois de travail, ils filent avec leur trésor. Il faut pour les dirigeants de la mine repartir à la quête de nouveaux bras. […]

Jean Walter se souvient des cités ouvrières qu’il a construites, et il se prend à rêver. Si l’on offrait aux mineurs de fond, fussent-ils berbères et nomades, des conditions de vie meilleures et plus décentes que celles qu’ils subissent dans leurs tentes en peau de chèvres, ne se sédentariseraient-ils pas ?[7] »

L’augmentation des salaires n’était pas suffisante pour fidéliser ces nomades à leur nouveau travail. Pour faire face à ce défi, Jean Walter jugea nécessaire voire urgent de procéder à une mécanisation à outrance de la mine et à la formation des nouvelles recrues, qui furent sélectionnées sur la base d’une série de tests psychotechniques « mis spécialement pour leur cas ».[8] Ensuite, une formation a été prévue au profit des nouveaux arrivants pour leur permettre de s’adapter aux machines :

« Une fois ainsi sélectionnés, les candidats étaient réunis dans des chantiers-écoles de spécialistes où la pédagogie était à l’honneur pour leur enseigner la manipulation des outils modernes auxquels ils auraient affaire.[9] »

La formation avait donc pour objectif d’enseigner aux ouvriers les techniques de manipulation des différentes machines auxquelles ils auraient affaire.

Les conditions de vie des ouvriers ont été nettement améliorées. Dès qu’ils sont opérationnels, ces ouvriers bénéficient d’un logement moderne (avec eau courante, électricité, cuisine, douche et toilettes) et perçoivent un salaire de 300 à 400% supérieur à celui des simples manœuvriers. Grâce à toutes ces mesures, Jean Walter a réussi à sédentariser et à adapter les populations nomades au mode de vie européen et par conséquent à mettre fin à ce problème crucial qui attentait sérieusement au bon déroulement des travaux. La preuve en est que l’absentéisme a disparu presque complètement, comme le souligne l’auteur. A mesure que l’espace change, l’occupant doit aussi changer de statut.

C’est ainsi que le mode de vie des familles, arabes et européennes, a connu une nette amélioration. Toutes ces familles bénéficiaient de la même sécurité sociale privée, d’une caisse de secours mutuel, de congés de longue maladie, d’une assurance invalidité, d’une assurance décès et d’une retraite. Chose qui n’existait à l’époque ni en Algérie ni au Maroc. C’est pourquoi Bou Beker était considéré comme « un véritable laboratoire social » qui n’attirait pas seulement l’admiration des responsables français, mais qui offrait un modèle étudié dans les Universités.

Suite à toutes ces démarches, les résultats étaient au rendez-vous : la production a connu une augmentation en flèche à tel point qu’elle couvrait presque la moitié de la consommation française.

La Métropole : un espace utopique[10]

La Métropole, comme nous l’avons vu plus haut, est la destination ultime du minerai extrait de la mine de Zellidja. Ce qui revient à dire que les espaces aussi bien topique que paratopique ne servent, en dernier lieu, qu’à préparer le héros à mener à bien sa performance dans l’espace utopique. En effet, après la deuxième Guerre Mondiale, l’Europe en général et la France en particulier ont subi des pertes considérables, sur tous les plans (militaire, économique, humain,…). C’est donc, en partie, par l’exploitation des ressources humaines et naturelles fournies par les colonies que les anciennes puissances coloniales, la France en l’occurrence, vont pouvoir assurer la reconstruction de ce qu’a détruit la Guerre. Telle est l’une des raisons qui a poussé les Américains à venir en aide à Jean Walter car « Il fallait reconstruire l’Europe ». Or, à cette performance, Jean Walter avait le sentiment de ne participer qu’indirectement.

[1] Selon les auteurs du dictionnaire raisonné de la théorie du langage :« L’espace paratopique est celui où se déroulent les épreuves préparatoires ou qualifiantes, où s’acquièrent les compétences (tant sur la dimension pragmatique que sur la dimension cognitive) », A.J. GREIMAS, J. COURTES, op. cit., p. 269, Art. « Paratopique »

[2] La dame au grand chapeau, p. 154

[3] La dame au grand chapeau, p. 147

[4] A. LOUTFI, op. cit., p. 99

[5] La dame au grand chapeau, p. 158

[6] La dame au grand chapeau, op.cit.

[7] La dame au grand chapeau, pp. 130 – 131

[8] La dame au grand chapeau, p. 156

[9] La dame au grand chapeau, p. 156

[10] L’espace utopique se définit comme suit : « Sous-composante de l’espace topique, et opposé à l’espace paratopique (où s’acquièrent les compétences), l’espace utopique est celui où le héros accède à la victoire : c’est le lieu où se réalisent les performances (…).», A.J. GREIMAS, J. COURTES, op. cit., p. 413, Art. « utopique (espace ~) »

Url_image

 


Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website