Après la conquête militaire, l’exploitation coloniale

Après la conquête militaire, l’exploitation coloniale


Si le premier roman sur Oujda met en scène la conquête coloniale du Maroc, le second traite des énergies coloniales déployées pour justement enrichir la Métropole en exploitant les colonies. Il va ainsi de soi que la colonisation n’est pas une action entreprise pour venir en aide à un pays en détresse, mais pour mieux contrôler et exploiter ses richesses naturelles et humaines.

Avide de faire connaissance avec le puits romain dont il est devenu le propriétaire, Jean Walter se rend à Oujda, en compagnie de son fils Jacques.

« C’était alors toute une expédition ! Un bateau, pour le moins inconfortable et aux qualités marines douteuses, emmena le géologue amateur et son fils Jacques, tout juste titulaire du baccalauréat, de Marseille à Oran, qui n’était encore qu’un petit port. De là, ils se rendirent à Oujda par le train, tiré par une locomotive si poussive qu’à la moindre rupture de pente il fallait détacher la moitié du convoi et hisser les wagons en haut des côtes en deux fois. Oujda, près de la frontière algérienne, ne méritait pas le nom de ville : c’est un poste militaire destiné à surveiller la frontière. Il n’y avait que quelques maisons européennes et un minuscule hôtel sordide, installé au dessus d’un bar où les Arabes jouaient bruyamment aux cartes toute la journée.[1] »

Après une longue et difficile « expédition », Jean Walter et son fils se rendent à Oujda. Celle-ci, dix-huit ans après l’embarquement des troupes françaises, est restée semblable à elle-même. Elle n’est rien d’autre qu’un poste militaire permettant de surveiller la frontière maroco-algérienne. Même pendant la période du protectorat, Oujda ne semble n’avoir subi qu’une transformation minime.

Construire la colonie pour reconstruire la Métropole

Oujda n’était qu’un lieu de passage pour Jean Walter et son fils. Pour se rendre à Bou Beker, située à une cinquantaine de kilomètres d’Oujda, les deux hommes avaient le choix entre le cheval ou une vieille voiture Ford au châssis surélevé pour franchir les obstacles. Ils choisissent la deuxième option. Après plusieurs heures de trajet, ils arrivent à leur destination :

« La beauté sauvage et minérale du paysage, dominé par la silhouette massive du djebel Masseur, ne suffit pas à contrebalancer leur déception. On avait assuré à Jean Walter qu’il trouverait sur place de quoi démarrer une petite exploitation minière. Quelle dérision ! La laverie consistait en une caisse en bois renfermant un vieux moteur de tank Renault datant de la guerre, qui actionnait péniblement un minuscule concasseur, un broyeur antédiluvien et un trommel. Un bac sarde actionné à la main complétait ce brillant équipement. Pire : il n’y avait pas d’eau à proximité. Il fallait aller la chercher à plusieurs kilomètres de là, et la rapporter à dos d’âne. Certes, on pouvait voir sur l’ancien puits romain, de six mètres de profondeur, quelques vagues traces de galère, sulfure naturel de plomb, bien reconnaissable à sa couleur gris-bleu et à ses reflets métalliques. Un simple coup d’œil alentour suffisait à comprendre la structure géographique et géologique du coin. Le djebel Masseur dominait la plaine de ses deux cents mètres, dernier témoin de ce qui avait peut-être été des couches riches en minerai, mais que l’érosion avait fait disparaître.[2] »

Avant que Jean Walter ne prît la route en direction du Maroc, l’ancien propriétaire du puits romain lui avait assuré « qu’il trouverait sur place de quoi démarrer une petite exploitation minière ». Contre toute attente, Jean Walter s’est trouvé, à son arrivée, dans un lieu désertique, démuni de tout ce qui lui permettrait de démarrer l’extraction. Si ce problème est susceptible d’être résolu, il n’en demeure pas moins qu’il existe d’autres problèmes encore plus délicats : aucune route ne relie Bou Beker à Oujda, les moyens de communication sont absents, il n’y a pas d’eau à proximité, plus encore la structure géographique et géologique de cette région du Maroc oriental rend la chose encore plus difficile. Autant de problèmes qui devaient mener Jean Walter droit vers la déception. Notons que cette description de Bou Beker, comme un espace désertique investi d’une valeur dysphorique, représente l’état initial de tout un programme narratif qui débouche sur une véritable métamorphose ; une façon habile de faire assister le lecteur au changement radical que subira ce lieu grâce à la volonté et à la persévérance d’un colon qui, parti de rien, fera de ce lieu une ville-modèle.

Toutefois, après avoir réétudié les rapports des ingénieurs des mines et des géologues, Jean Walter fonde une petite société appelée : Société anonyme minière de Zellidja, dotée d’un capital de 1 million de francs. Malgré toutes ces difficultés dues principalement à l’éloignement du puits romain, au manque de matériel, à la pénurie de la main d’œuvre, aux conditions de vie très difficiles « au milieu d’une plaine désertique », le plomb est « bel et bien extrait de la mine ». Il était d’abord transporté à Oujda à dos de chameau avant d’être acheminé vers le port d’Oran.

« Les cours de plomb sont tels que cette opération de fourmi s’avère légèrement rentable. Pas suffisamment pour rémunérer les actionnaires, qui continuent pourtant, avec le sourire, à alimenter la société, le principal d’entre eux, Jean Walter lui-même, y consacrant une bonne part de ses revenus. Cela suffit pour améliorer peu à peu le matériel : l’antique moteur de tank fut remplacé par un diesel, quatre autres moteurs furent achetés, ainsi qu’un concasseur et des compresseurs. Les trois premières maisons sortirent de terre, dénuées de tout confort, mais permettant d’abriter deux Européens et de donner un toit à Jean Walter lorsqu’il venait.[3] »

Cette « opération de fourmi » dont parle l’auteure, n’aurait pas débouché sur des résultats satisfaisants si les cours du charbon avaient été au plus bas. Et pourtant, il n’était même pas possible de rémunérer les actionnaires. Ceux-ci, Jean Walter en tête, ont dû consentir des sacrifices pour alimenter la société et pour améliorer les conditions de production et d’acheminement du minerai vers Oujda. C’est ainsi qu’une bonne part des revenus a été réinvestie dans l’achat du matériel et dans la construction d’une piste reliant Bou Beker à Oujda.

C’est justement dans cette perspective qu’Oujda, ville de passage, a connu une évolution et est devenue un centre économique incontournable. De même, Bou Beker, lieu désertique, commence à être habité et apprivoisé progressivement. L’espace marocain se transforme sous l’impulsion d’une demande qui ne vise qu’à satisfaire un autre espace. L’espace oriental dysphorique initialement euphorique se mue en un espace euphorique, perçu, essentiellement, comme un objet de valeur économique ou pragmatique. Une Société Nouvelle des Mines de Zellidja, au capital de 2.200.000 francs, est alors constituée le 1er février 1929.

Six ans après la fermeture de la mine, due à la surproduction mondiale et à la crise de 1929, Jean Walter en cette année de 1936, s’apprête à revenir s’installer à Bou Beker pour reprendre les travaux. Même si les relations politiques internationales sont à l’époque très tendues et la guerre risque de s’enclencher à tout moment, il en va autrement sur le plan économique. Les rumeurs de guerre qui se propagent constituent un véritable catalyseur de l’industrie.

« 1936 : la situation internationale en Europe est pour le moins inquiétante. Des rumeurs de guerre commencent à se faire entendre un peu partout : les arsenaux fonctionnent à plein régime, les marchands d’armes prospèrent. L’industrie automobile connaît une croissance extraordinaire ; Ford a inventé en 1912 la fabrication en série, et les hauts fourneaux ronronnent jour et nuit. La crise du début de la décennie est bien oubliée. La demande en métaux augmente vertigineusement, les cours sont à la hausse. Au début de l’année 1936, le plomb atteint à nouveau 25 livres sterling. Jean Walter se dit que cela vaudrait peut-être la peine de rouvrir sa mine, qu’il a eu soin d’entretenir pendant les quatre années de fermeture.[4] »

La croissance « extraordinaire » de l’industrie automobile et militaire stimule la demande en métaux qui connait une augmentation vertigineuse. Le plomb atteint, suite à cela, de nouveau 25 livres sterling. Tout semble alors être favorable au redémarrage de la mine. Jean Walter, encouragé par les estimations du géologue Segaut, procèdé encore une fois à l’augmentation du capital de la Société Nouvelle des Mines de Zellidja et ce, après avoir réussi à convaincre ses premiers associés de la nécessité de réinvestir dans l’entreprise et d’attendre encore quelques années avant d’en tirer un dividende. Cela a des répercussions sur la production, comme nous pouvons le remarquer, à travers le tableau suivant :


Année
Mesures prises pour accroître la production
Extraction de concentré de Plomb
1936
 Recrutement du personnel compétent,

 Construction de quelques logements nécessaires à abriter les cadres que l’on allait faire venir de France,

 Transformation de la piste reliant Bou Beker à Oujda en « vraie route »,

 Achat et installation du nouveau matériel pour la laverie.
Le plomb atteint 25 livres sterling
1937

3177 tonnes
1938
L’effort porte sur les infrastructures : l’électricité est amenée d’Oujda, les pistes se transforment en routes ; Construction d’une demi-douzaine de maisons individuelles, destinées aux cadres, et trois maisons communautaires à un étage, destinées aux techniciens ; le « quartier ouvrier » comporte deux maisons de pierre, et quelques tentes. (La dame…, p. 131)
La production fait plus que doubler : elle atteint 7142 tonnes
1939

12.000 tonnes
1940

12.000 tonnes
1941- 45   
Pendant toute la durée de la guerre
5700 tonnes (courant électrique affaibli), 6000 tonnes/an
Nous remarquons ainsi clairement que la croissance de la production résulte principalement des efforts portés sur l’infrastructure. Pourtant, la mine reste sous-exploitée par rapport aux possibilités du gisement de Zellidja qui, selon le rapport de Ségaut sur le puits roman, devient, par la quantité de ses réserves en plomb, en zinc et en un peu d’argent, la mine la plus riche non seulement du Maroc oriental, mais de toute l’Afrique du Nord et dépasse en production toutes les mines européennes. « […] Chance insolente, flair sans égal, intuition géniale ? Voilà qu’un puits romain cédé pour honorer une dette de 75 000 francs s’avérait une source potentielle de richesse extraordinaire …[5] ».

« Il [Jean Walter] se rend aussitôt à Bou Beker, où Segaut et Trystram lui présentent les premiers fruits de leur collaboration, à savoir les meilleurs moyens à mettre en œuvre pour exploiter la mine, et les différentes options qui s’offrent. Il y en a essentiellement deux : une gestion à long terme, sage, rationnelle, méthodique, cherchant les filons les uns après les autres ; et une autre, à beaucoup plus court terme, consistant à retirer le cœur de la mine sans détail, et sans souci des extensions annexes. La mine serait alors vidée en quelques décennies.

Si la seconde option était choisie, il faudrait des investissements en matériel et en hommes. On estime à ce moment là que les réserves de minerai avoisinent 700 000 tonnes de métal. Jean Walter n’est pas l’homme des demi-mesures, il est pressé d’obtenir des résultats. Il ne sera plus là dans cent ans pour se féliciter d’avoir choisi la solution sage.[6] »

Pressé de réaliser des résultats, Jean Walter opte pour une gestion à plus court terme consistant à « retirer le cœur de la mine ». Or, tous les éléments de compétence acquis jusque là et toutes les mesures prises pour optimiser la production se révèlent fort modestes par rapport à la richesse des réserves de la mine. La récurrence des expressions de type : « les meilleurs moyens », « exploiter la mine », « les différentes options », « il faudrait des investissements » et « des investissements en matériel et en hommes » montre à quel point le problème des moyens et partant des compétences, au sens sémiotique du terme, s’impose toujours avec acuité.

Jean Walter avait déjà établi des contacts avec des Sociétés puissantes, lesquels contacts se sont soldés par l’association de sa Société Nouvelle des Mines de Zellidja avec celle de Henri Pagézy, directeur de la plus importante société d’exploitation des mines de plomb d’Europe, Peñarroya. Les deux hommes se sont accordés pour construire ensemble une fonderie à Oued-el-Heimer, proche de Bou Beker. Le choix de ce lieu se révèle stratégique parce qu’il est situé sur la ligne du chemin de fer menant au port d’Oran.

[1] La dame au grand chapeau, p. 110

[2] ibid.

[3] La dame au grand chapeau, p. 113

[4] La dame au grand chapeau, p. 128

[5] La dame au grand chapeau, p. 133

[6] La dame au grand chapeau, pp. 143 – 144

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website