L’autre langue: une méthode de lecture de l’Ailleurs

L’apprentissage de l’autre langue comme méthode de lecture de l’espace étranger

Dans un entretien qu’il accorde à Mireille Calle-Gruber, Ollier souligne l’inadéquation entre la langue natale du voyageur-écrivain et l’Ailleurs. Il affirme à ce propos :

« […] le désir d’écrire était depuis très longtemps, peut être que je commençais à écrire quelque chose, cela était noyé dans une sorte d’inadéquation entre ma langue natale et le monde environnant. Le Français dans lequel j’écrivais, je ne sentais pas qu’il était susceptible d’avoir prise sur ce que j’avais à tracer – c’est-à-dire – l’ensemble de mes rapports au monde dans lequel je vivais. Il a fallu pour cela, que je m’exile […] comme si ma langue maternelle s’était éloignée à bonne distance pour que je puisse mieux la voir.[1] »

Dans la perspective de Claude Ollier, l’exil est une expérience qui ne peut être menée à bien que si le voyageur-écrivain accepte de mettre à distance sa langue dite maternelle et partant d’apprendre à « parler autre ».[2] Aussi assistons-nous avec Claude Ollier, à l’émergence d’une nouvelle conception de l’exil. Celle-ci comporte deux facettes indéfectiblement liées : l’une d’ordre géographique et l’autre de type linguistique. L’exil géographique ne peut être vécu pleinement, en tant que quête d’une « altérité radicale », que s’il est accompagné d’un exil linguistique. Loin d’être un luxe intellectuel, apprendre à parler autre acquiert, chez Ollier, une valeur instrumentale en ce sens que l’autre langue lui permet « d’avoir prise sur ce qu[’il] avai[t] à tracer » et d’être cohérent avec cet Ailleurs qui lui est nouveau, étranger.

 Continuer la lecture de L’autre langue: une méthode de lecture de l’Ailleurs 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

Ambivalence de l’espace marocain

II.3. Ambivalence de l’espace marocain dans La dame au grand chapeau

L’espace marocain décrit dans ce roman sur Oujda est perçu sou deux angles : pour Domenica, la femme de Jean Walter, c’est avant tout un espace exotique. Son lieu de villégiature préféré est Marrakech : Continuer la lecture de Ambivalence de l’espace marocain 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

La fondation des Bourses de Zellidja: un appel à l’aventure

La fondation des Bourses de Zellidja: un appel à l'aventure

Ayant atteint l’âge de cinquante ans, Jean Walter conserve toujours un souvenir nostalgique de sa jeunesse, de l’époque où il travaillait dur, pendant toute l’année, pour réussir dans ses études, et où il consacrait ses vacances à parcourir l’Europe à vélo. Ayant conscience de l’importance de cette expérience dans la formation de l’esprit, Jean Walter tenait absolument, à en faire profiter une jeunesse française « qu’il considérait comme quelque peu déliquescente » et qu’il souhaitait revigorer. Pour ce faire, il présente son expérience, pour ne pas dire il se présente lui-même, comme un modèle à suivre en fondant les Bourses de Zellidja. Continuer la lecture de La fondation des Bourses de Zellidja: un appel à l’aventure 

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

L’Amérique, Bou Beker & la Métropole: Des espaces communicants

L’Amérique, Bou Beker & la Métropole: Des espaces communicants

Jean Walter était convaincu que le salut ne pouvait venir que des Américains. Il devait se déplacer en Amérique pour acquérir la compétence (le /pouvoir-faire/, à savoir les « capitaux », et le /savoir-faire/) lui permettant d’atteindre son objectif : « retirer le cœur de la mine » et en faire profiter un autre espace : la Métropole.
De ce point de vue, La dame au grand chapeau met en scène trois types d’espace : un espace paratopique, un espace topique et un espace utopique, selon la terminologie de la sémiotique.

Continuer la lecture de L’Amérique, Bou Beker & la Métropole: Des espaces communicants

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

Après la conquête militaire, l’exploitation coloniale

Après la conquête militaire, l’exploitation coloniale


Si le premier roman sur Oujda met en scène la conquête coloniale du Maroc, le second traite des énergies coloniales déployées pour justement enrichir la Métropole en exploitant les colonies. Il va ainsi de soi que la colonisation n’est pas une action entreprise pour venir en aide à un pays en détresse, mais pour mieux contrôler et exploiter ses richesses naturelles et humaines.

Continuer la lecture de Après la conquête militaire, l’exploitation coloniale

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

Henriette Celarié et le refus de l’exotisme

Henriette Celarié et le refus de l’exotisme

Le récit de voyage de Henriette Celarié, consacré aux harems de Marrakech est subdivisé en dix chapitres simulant les différents déplacements de la voyageuse-écrivaine dans cette ville et ses alentours. Dès l’incipit, Henriette Celarié développe une vue panoramique de Marrakech lui permettant de segmenter la ville en deux espaces différents (« ici » et « ailleurs ») et constate que cette ville a connu des changements par rapport à ce qu’elle était trois ans auparavant: Continuer la lecture de Henriette Celarié et le refus de l’exotisme

Saïd TASRA

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Maroc)

More Posts - Website

Le roman marocain